Symptôme cruralgie et hernie

Symptômes

Les symptômes d’une hernie discale sont une douleur intense, irradiant souvent dans un ou deux bras (brachialgie) ou dans une ou deux jambes (ischialgie, cruralgie), avec souvent un engourdissement dans la zone d’alimentation de la racine nerveuse pincée. Des rapports récents suggèrent que la douleur intense pourrait ne pas être due à des nerfs comprimés, mais à une réponse immunitaire ou à une inflammation.

Parfois, une paralysie des membres peut également se produire dans les muscles dits d’identification. Dans les cas extrêmes, un syndrome paraplégique peut se produire si la moelle épinière ou la cauda equina est endommagée. En cas de glissement d’un disque dans la région de la colonne lombaire, cela peut entraîner une incontinence fécale et/ou urinaire ainsi qu’une anesthésie au niveau du pantalon d’équitation.

 

Dégénérescence du disque intervertébral

Il s’agit d’une image CT d’un espace disque usé. La position de l’incision est indiquée dans le coin inférieur droit de l’image. L’os apparaît blanc dans cette évaluation, les muscles sont gris foncé, le tissu discal est légèrement plus clair. La tache noire déchiquetée est appelée “phénomène de vide”, le tissu discal détruit est ici remplacé par du gaz. Selon la position de l’image en coupe, la zone dorsale (dos) du corps vertébral est toujours coupée. Le tissu discal gris clair dépasse le bord arrière du corps vertébral et appuie sur le sac dural. La section transversale approximativement triangulaire du canal rachidien est bordée dans la région postérieure par le Ligamentum flavum (“bande jaune”). Des modifications dégénératives peuvent entraîner un épaississement de ce ligamentum flavum et un rétrécissement supplémentaire du canal rachidien.

 

Imagerie par RMN d’une hernie discale

Le canal spinal apparaît lumineux dans cette technique d’évaluation, la protubérance sombre venant de la gauche est le prolapsus qui bloque le canal spinal.

Une hernie discale peut se produire sans symptômes et peut ne pas être détectée du tout. Si l’on examine les personnes qui n’ont jamais eu de problème significatif avec la colonne vertébrale au moyen d’une IRM ou d’un scanner, 25 à 28 % de ces personnes “saines” souffrent d’une hernie discale. La conclusion inverse, à savoir traiter et opérer une hernie discale qui se trouve dans une simple irritation du nerf sciatique comme source du problème, peut donc être erronée.

Les symptômes les plus courants sont des douleurs intenses (dans le dos et irradiant vers les jambes, dans le cas de la colonne lombaire), parfois aussi des troubles sensoriels (paresthésie) et/ou une paralysie. Dans le cas des disques vertébraux lombaires atteints, ceux-ci se manifestent souvent par un engourdissement (poilu) des pieds et du bas des jambes et une démarche peu sûre. La musculature qui soulève le pied, les orteils ou le bord extérieur du pied est souvent touchée.

 

Douleur de dos

La douleur s’atténue (quelque peu) lorsque vous passez en position de repos dorsal. Une diminution de la douleur accompagnée d’une paralysie progressive est un mauvais signe, alors les fibres sensorielles (conductrices de la douleur) sont déjà détruites et les fibres motrices plus robustes suivent maintenant.

Un neurochirurgien, un orthopédiste ou un neurologue peut établir le diagnostic. Souvent, cela est soutenu par des techniques d’imagerie. Un disque glissé peut entraîner un signe Lasègue et un signe Kernig positif. Un traitement rapide peut minimiser les conséquences néfastes (comme un releveur de pied affaibli à long terme). Un médecin doit donc être consulté dans tous les cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *